COMMENT CREER SON ENTREPRISE?


La création de votre entreprise est un processus qui demande du temps, mais aussi un investissement personnel et financier. Sans compter que vous allez devoir respecter certaines étapes préalables à la création d’entreprises.

Mon bureau formalités vous propose une liste détaillée des diverses étapes à suivre pour créer votre entreprise en toute sérénité.

 

1.      TROUVER UNE IDEE


Avant même de se demander comment, le projet de création nécessite d’avoir une idée, une envie de créer quelque chose en particulier.

Il est possible de partir de votre expérience professionnelle car c’est le secteur que vous connaissez le mieux. Mais il est aussi possible de s’intéresser à quelque chose de complètement différent à partir d’une tendance ou d’un nouveau mode de consommation.


Plusieurs questions doivent être posées :

- Qu'aimez-vous faire ?

Ce projet va vous demander beaucoup de temps. Il faut donc que le domaine d'activité choisi vous plaise.

- Que savez-vous faire ?

Il faut être lucide sur vos compétences et vos points faibles.

Si vous vous lancez dans un nouveau domaine, il faudra développer des nouvelles compétences.

- Comment souhaitez-vous exercer ?

S'il s'agit d'un commerce, souhaitez-vous une boutique physique ? Un e-shop ?


ATTENTION : certaines activités sont réglementées et demandent de remplir des conditions de diplômes, d’agrément, d’autorisation ou encore d’expérience professionnelle (métiers du bâtiment, débit de boissons, auto-école, transport de marchandises…).


Dans cette même optique, si vous n’avez aucune formation juridique, vous avez tout intérêt à vous faire accompagner par un juriste pour la création de votre entreprise.

 

2.      CHALLENGER SON IDEE


Votre idée est-elle pérenne, rentable et exploitable à long terme ?

- En quoi est-elle innovante ?

- Correspond-elle à un vrai besoin / problème ?

- Vos futures clients ont-ils conscience de ce besoin / problème ?

- Comment tester votre idée avant de créer votre entreprise ?


Cette réflexion est nécessaire, car elle vous évitera de vous engager dans un projet qui ne serait pas rentable ou irréalisable.

Faire une étude de marché est primordiale afin de répondre à plusieurs questions :

-          Comment se positionne votre future activité par rapport au marché actuel ?

-          Qui sont les concurrents ? Quel est leur positionnement ?

-          Quel est le profil des futurs clients ?

-          Quelle est la législation en vigueur dans ce secteur d’activité ?

Il faut ensuite faire un business plan afin de donner une ligne directive à votre entreprise mais aussi de rassurer les investisseurs.

-          Qui sont les clients ?

-          Quels sont les volumes de clients à atteindre la première année ? Et ensuite ?

-          Quelles sont les ressources nécessaires au démarrage ?

 

3.      TROUVER DES FINANCEMENTS


Monter son entreprise sans argent n'est pas impossible, car il existe certaines aides à la création d'entreprise, mais il est judicieux d'envisager dans un premier temps les coûts de sa future activité et de faire un plan prévisionnel des financements de son activité. 

Vous devez ainsi monter un plan prévisionnel financier. Cela va consister dans un premier temps à prévoir l’ensemble des dépenses et des gains de votre activité.

À côté de l’étude de marché que vous aurez réalisé, le plan prévisionnel financier va mettre en avant la viabilité financière de votre projet ainsi que sa rentabilité économique.

À ces fins, il peut être recommandé de vous rapprocher d’un expert-comptable pour établir un prévisionnel financier en fonction de plusieurs scénarios. Le prévisionnel financier sera considéré comme un gage de sérieux pour les éventuels investisseurs.

La recherche de financement se fait à différents niveaux :

-          Interne : c’est les apports faits par les associés (apport en numéraire lors de la création de la société ou apport en compte courant d’associé)

-          Externe : crowfunding par exemple

-          Bancaire : les banques mettent à la disposition des entrepreneurs un certain nombre de prêts et de moyens divers et variés afin de créer leur entreprise.

 

Il existe aussi différentes aides à la création d’entreprise (lien vers l’article sur les différentes aides).

 

4.      LA DOMICILIATION DE SON ENTREPRISE

 

Choisir le siège de sa société est obligatoire dans le processus de création.

 

Cette étape est primordiale car elle permet de donner un siège social à sa société, d’avoir une adresse administrative et juridique.

 

Il est tout à fait possible de mettre le siège de votre société à votre domicile personnel. C’est le cas le plus fréquent mais ce n’est pas adapté à toutes les activités (commerce physique ou restauration par exemple).

Mais il est aussi possible de choisir des bureaux, un espace de coworking, un local ou encore d’opter pour une domiciliation qui vous mettra à disposition une boîte postale dans la localisation de votre choix.

 

5.      LA FORME JURIDIQUE ADAPTEE A SES BESOINS

 

Il existe différentes formes pour se lancer seul ou à plusieurs.

Voici un rapide comparatif entre les différentes formes les plus connues.

 

-          Si vous vous lancez seul :

SASU (société par actions simplifiée)

SAS constituée par un seul associé (pers physique ou morale). En général, l’associé unique est également président de la société. Il a  ainsi une grande liberté statutaire pour fixer le montant du capital social et les règles d'organisation de la société. 

EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée)

EURL ou SARL unipersonnelle constituée par un seul associé. Ce dernier n’est responsable qu’à hauteur de l’argent investi dans le capital social.

Entreprise individuelle

Grâce à un formalisme limité, l’EI peut être mise en place rapidement. Seul, sans associé et sans apport, une personne physique lance son activité en son nom propre.

 

-          Si vous vous lancez à plusieurs :

SAS (société par actions simplifiée)

SAS constituée par plusieurs associés (pers physique ou morale). Ces derniers peuvent fixer librement les statuts, d’où sa grande flexibilité. 

SARL (société à responsabilité limitée)

SARL constituée avec 2 associés minimum (max 100). Le principal avantage est la responsabilité des associés limitée au montant de leurs apports. Ces derniers n'ont pas à engager leur patrimoine personnel en cas de dettes de la société.

SCI (société civile immobilière)

Structure d’au moins 2 associés, l’objet est ici la détention et la gestion d’un ou plusieurs biens immobiliers.

SEL (société d’exercice libéral)

Structure spécifique pour les professions libérales (avocat, expert-comptable, médecins, architecte…). Les membres exercent leur activité en association sous la forme d’une société de capitaux.

 

 

6.      LES ETAPES DE LA CREATION

 

Si vous vous demandez comment créer son entreprise, sachez qu’il est nécessaire d’effectuer les démarches et formalités en ligne.

Après avoir identifié le type de société souhaité, la première étape est de rédiger les statuts et de procéder au dépôt du capital à la banque.

 

Plusieurs éléments doivent êtres précisés avec attention lors de la rédaction de vos statuts :

-          La dénomination sociale est le nom de la société. C’est sous ce nom que vous communiquerez d’un point de vue administratif. Mais il est tout à fait possible de choisir un nom commercial (nom du fonds de commerce qui figurera sur l’ensemble des documents commerciaux), ou encore une enseigne (apposée sur la façade du commerce).

 

-          L’objet social correspond aux activités exercées par la société. Si la société n’exerce pas immédiatement l’ensemble des activités énoncées, ce n’est pas bloquant. L’idée à travers l’objet social est de se donner un programme d’activités, l’important étant d’exercer des activités dans son champ de compétence.

 

-          Les apports : en numéraire (somme d’argent), en nature (biens mobiliers ou immobiliers), en industrie (savoir-faire) sont conférés par les associés pour constituer le capital social. N’hésitez pas à faire appel à un commissaire aux apports pour les apports en nature et/ ou en industrie.

 

-          Le montant et la répartition du capital social.

 

-          Le siège social.

 

-          La détermination des pouvoirs des dirigeants.

 

La rédaction des statuts est très importante car elle conditionne les relations entre les associés et elle s’apparente à un contrat de société. C’est pourquoi il est plus que judicieux de confier à un professionnel du droit la rédaction de vos statuts.

 

Une fois le dépôt de capital effectué pour les sociétés commerciales, et les statuts signés, vous nous confiez vos actes et on s’occupe de la formalité au Guichet unique.

 

Il n’y a alors plus qu’à attendre votre kbis ! La société est alors valablement constituée et peut entreprendre pleinement son activité.


 

Partager cet article
Étiquettes
Archive
LE GUICHET UNIQUE, TOUT COMPRENDRE